Les effets de l’implantation d’un parc éolien sur la forêt, paysage et de la biodiversité dépendent largement des sites concernés par le projet. La planification cantonale des parcs éoliens a permis de sélectionner les sites les plus favorables, en d’autres termes ceux qui portent globalement le moins atteinte l’environnement et au paysage.

La compensation des atteintes a été définie dans une directive établie par le canton en 2011 et  2012. Elle vise à compenser les impacts sur la forêt, le paysage et la biodiversité. Plus concrètement l’importance des compensations dépend des atteintes du projet à la fonction de production forestière, à la fonction de protection de la forêt contre les dangers naturels, à la fonction biologique (biodiversité) et à la fonction paysagère.

Chaque projet doit établir un “concept de compensation” composé de différentes mesures aptes à constituer des compensations aux atteintes, tant sur le plan quantitatif que qualitatif.

Les mesures doivent compenser prioritairement les fonctions affectées (production, paysage, biologique, …), se caractériser par une ampleur importante (en proportion de l’importance du projet), se situer dans le site ou dans ses environs, dans des zones à vocation de valorisation du paysage et de la nature, avoir un effet sinon permanent au moins durable, et présenter des garanties juridiques quant à la disponibilité des surfaces pour leur réalisation (convention, contrat, servitude inscrite au Registre foncier, …).

La société exploitante constitue également un fonds pour la réalisation des mesures de compensation.

Localisation des mesures de compensation prévues

conpensation_image_2014
(Source : fond de carte extrait de Geoplanet)